Une définition de l’échec

Pour le philosophe Charles Pépin, il y a échec lorsqu’il y a un rendez-vous manqué entre mon projet réel et le réel, et lorsque je le prends mal. Il faut donc un sentiment d’échec pour qu’il y ait échec.

En France comme au Japon par exemple, l’échec est trop souvent vu autrement : comme une humiliation, un écart grave par rapport à la norme. C’est cette vision qu’il combat.

« L’échec est au fondement de la réussite » a dit Lao-tseu.

Les Anglos-Saxons voient davantage l’échec comme une expérience, une preuve d’audace, une occasion d’apprentissage.

Nous devons changer de regard sur l’échec.

Celui qui n’échoue jamais, c’est celui qui ne prend pas le risque de vivre conclut Charles Pépin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :