L’art de faire des pauses

Dans un article paru dans Le Figaro du 28/5/18, Anne Ducrocq, auteure d’un essai « Faire des pauses pour se retrouver » (Ed. Leduc.S), lance un appel au « retrait intérieur », celui qui permet de se reposer vraiment et même de se transformer. Pour cette chercheuse d’un temps « habité », qu’il s’agisse de 5 minutes, une journée ou un mois, l’important est de faire de véritables « breaks », de casser la routine. « Penser simplement à se reposer ou à se distraire pendant les vacances, cela détend en surface et ne s’inscrit pas dans la durée, observe-t-elle. La parenthèse qui régénère, c’est quand nous prenons le temps d’entendre et de déployer nos trois dimensions : physique, psychique et spirituelle. »

Dans son ouvrage, les programmes de pauses plus ou moins longues qu’elle conçoit sont composées d’exercices de respiration, de propositions de lectures, de films ou de documentaires, de méditations, de documents créatifs, de correspondances, de marche méditative ou encore de journal spirituel. Autant de propositions…que l’on peut bien sûr pratiquer chez soi !

Pour Anne Ducrocq, l’essentiel est d’être abstinent quelques heures ou plus de relations, d’actions, de consommation. Contempler les feuilles des arbres dans le vent, et leur vert, et leur forme ; sourire avec les yeux ; caresser son chat « en conscience » ; sous la douche, ressentir vraiment l’eau qui coule sur notre peau ; accueillir l’ennui. « Nous ne savons plus nous ennuyer, regrette-t-elle. Pourtant, dans ce temps qui épaissit tant l’atmosphère et ressemble à un mur à percer – rappelez-vous vos sensations d’enfance quand il n’y avait « rien à faire » – , vous avez une occasion rare de pouvoir, sans rien prévoir, observer vos pensées et sentir poindre des envies inconnues jusque-là. »

C’est alors bien plus que du repos que peuvent apporter ces temps de retrait…

Osons le mot : une libération.