Tenir la main d’un proche qui souffre, lors d’un accident, d’un accouchement, ne lui apporte pas seulement un réconfort moral : le toucher d’une personne aimée est véritablement analgésique.

En étudiant des couples de volontaires, des chercheurs – des universités du Colorado aux USA, d’Haïfa en Israël, et de Paris-Diderot en France – ont montré que la légère douleur qu’ils provoquaient (avec un peu de chaleur) sur le bras de la femme était atténuée aussitôt que son conjoint lui prenait la main.

« Ce contact physique provoquait même une synchronisation de leurs ondes cérébrales, visibles à l’électroencéphalogramme, mais que l’on ne constatait pas lorsqu’ils étaient seulement côte à côte. »

Reste à comprendre au niveau neuronal comment se couplage – dans tous les sens du terme – des cerveaux aimants agit sur la douleur.

(Source : Christine Baudry – Psychologies)

Une réflexion sur “Une étude sur la puissance du toucher

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s