Sorti d’un burn-out

Pascal, 52 ans, membre de notre association, très impliqué dans son travail, a fait un burn-out il y a quelques années. Il nous livre son témoignage pour gérer ses variations d’humeur par les TCC (thérapies comportementales et cognitives), les médicaments et le sport : 
« Les premiers mots de mon psychiatre, lors de notre première rencontre, se résument ainsi : « je ne suis pas un homme de médicaments, je ne vous emmènerai pas sur ce terrain ou le moins possible » ; le décor était planté. Tout de suite, il a souhaité que l’on se fixe une deadline sur son accompagnement thérapeutique, en se fixant des points d’étapes. En effet, j’ai souhaité être accompagné au début par un traitement médicamenteux. Nous nous sommes donc fixés un programme établissant une diminution progressive des prescriptions. En contre-partie, il m’a suggéré de reprendre la pratique de la course à pied et la randonnée, que j’avais laissée de côté lors de mon burn-out. C’est le premier défi auquel je me suis attelé non sans mal dès les premières courses. La répétition des exercices a conduit, d’une part à l’amélioration des « performances » et d’autre part, à se fixer des objectifs porteurs d’enthousiasme, de dynamisme et d’énergie positive. Force est de constater que l’accomplissement d’une pratique sportive a été le premier pas vers le chemin de la guérison. L’activité jardinage m’a permis d’aérer mon esprit, de me libérer de pensées occultes et de dissiper progressivement le brouillard mental dans lequel j’étais plongé. Je remercie encore ce professionnel de santé qui a su déceler et exploiter les leviers qui ont favorisé mon rétablissement ».  

 >> L’association AOM bénéficie de l’expérience de bénévoles victimes de burn-out, de souffrances psychiques ou de mal-être qui peuvent comprendre, aider et accompagner les personnes se retrouvant dans ces situations.