Parfois, quand on se sent différent…

Vous retrouvez-vous dans ces cas ?

À l’école : très souvent vous étiez hors sujet, non pas par provocation, ni par insolence ou opposition, mais par une simple et vraie incompréhension. En effet,vous avez besoin de comprendre pour répondre. Vous ne pouvez répondre sans ce passage obligatoire de compréhension et de compréhension exacte. Pas de l’à peu près.

Capacité de clairvoyance, prémonition, hyper perception des 5 sens, voire télépathie. Grand sens de la justice. Sentiment de décalage, impression d’être un extra-terrestre, un martien. « Je me suis toujours senti différent » est une phrase qui revient souvent dans votre bouche. Vous ne comprenez pas le monde et avez du mal à y trouver votre place. Il vous paraît hostile, dangereux, superficiel et les relations sociales sont compliquées pour vous.

Adulte, vous êtes souvent déçu par le monde et avez en vous une colère amassée depuis des années parce que vous n’avez pas été compris. Décalage dans la façon d’aborder les choses, regard différent sur le monde. Vos idées sont différentes de celles des autres. Vous êtes difficile à vivre car vous êtes mal compris et souvent insatisfait.  Vous êtes un contestataire : vous dérangez !

Ces notions vous caractérisent-elles ?

Idéalisme : recherche du Bon, du Beau, du Vrai ! Soif d’absolu : valeurs très élevées. Perfectionniste : vous n’êtes jamais satisfait de ce que vous faites, ce n’est jamais assez bien. Vous pensez ne pas être à la hauteur. Faible confiance en vous, suite à ce qu’on vous a renvoyé depuis que vous êtes petit. Peur de décevoir. Vous vous ennuyez très vite, vous vous lassez vite. Vous êtes impatient, pensant que les autres sont lents, alors que c’est vous qui êtes rapide. Sensation d’attendre toujours les autres. Pensée originale. Vous êtes original. Problèmes de communication avec les autres. Vous pinaillez sur les mots car vous percevez des nuances que les autres ne perçoivent pas, aussi vous apparaissez comme intolérant, alors que c’est simplement une particularité de votre fonctionnement. Vous ne savez pas vous-même que votre vocabulaire est très précis et ce n’est donc pas un comportement prétentieux. Difficulté à trouver votre place professionnellement. On vous reproche de vous poser beaucoup trop de questions. Peur d’être vous-même car vous paraîssez aux yeux des autres, arrogant, prétentieux, contestataire, rebelle…. Vous avez le syndrome de l’imposteur : quand on découvrira qui je suis je serai rejeté. Car vous avez développé un faux self pour vous adapter. Difficulté à arrêter de penser et à être dans l’instant présent. Grande capacité d’observation : vous voyez des détails que personne ne voit. Vous êtes maladroit, car votre pensée va beaucoup plus vite que votre développement musculaire et psychomoteur. Souvent en échec scolaire surtout à partir du secondaire, vous décrochez et n’arrivez plus à suivre. Vous avez une basse estime de vous-même. Vous êtes critique et avez une grande soif d’absolu. Grand sens des valeurs. Vous êtes en état d’hypervigilance depuis que vous êtes petit : si vous ne trouvez pas de réponse auprès de vos proches, vous devenez angoissé. 

C’est un soulagement de découvrir qu’on n’est pas débile ou fou même si très souvent vous doutez vraiment d’être surdoué.

La psychologue Jeanne Siaud-Facchin donne une définition de la douance ou haut potentiel : « Être à haut potentiel intellectuel n’est pas être quantitativement plus intelligent mais fonctionner avec une intelligence qualitativement différente. Être à haut potentiel, c’est aussi et peut-être surtout, être au monde avec une hypersensibilité, une réactivité émotionnelle exacerbée, une réceptivité afflictive, une extrême empathie dont l’ampleur et l’intensité envahissent le champs de la pensée. »

4 critères d’intelligence entrent en jeu pour détecter la douance :

1. Intelligence cognitive :

Capacité exceptionnelle de raisonnement, esprit de synthèse et compréhension ultra rapide. Curiosité et soif d’apprendre insatiable. Capacité à travailler sur plusieurs pistes à la fois, tendance à l’autodidactisme, large vocabulaire, attirance pour la complexité, excellente mémoire (pour ce qui l’intéresse), élaboration de pensées abstraites. Grande capacité de synthèse. Pensée en arborescence, en faisant des liens et des associations très rapides. Connexions neuronales beaucoup plus importantes que la normale (observé par irm). Sont capables de faire plusieurs choses en même temps : parler et écrire, rêver et écouter, suivre 2 conversations…

2. Intelligence émotionnelle :

Hypersensibilité, sensibilité extrême aux changements subtils d’atmosphère, sentiments passionnés, sens aigu de l’observation, humour parfois caustique. Capacité à envisager un problème sous différents angles, à s’émerveiller, ouverture aux expériences nouvelles.

3. Intelligence relationnelle :

Tendance marquée à contester l’autorité, au non conformisme, très grande aptitude à la compassion, l’empathie, sentiment d’un décalage permanent avec les autres. Tendance à l’isolement.

4. Intelligence créative :

Très grande prédisposition à l’invention, aux idées nouvelles, à la connexion entre idées opposées ou indépendantes, grande originalité dans la création, imagination vivace bouillonnante dans tous les domaines d’activités.

Ces qualités morales ne sont pas sans conséquences dans la vie quotidienne : tendance au perfectionnisme à outrance, préoccupation par la recherche de vérité, la découverte d’un sens à la vie. Tendance à être visionnaire, à se sentir investis dans une mission à accomplir. Ne souffre pas l’injustice, sens pointu de l’intégrité et de l’honnêteté. Peuvent travailler jusqu’à l’épuisement. Besoin de contemplation et de solitude.

Ils ont une grande ouverture d’esprit, car utilisant plus leur cerveau droit ils ont beaucoup moins de préjugés que les autres. Aussi, ils utilisent l’intuition (intelligence du cœur), qui leur permet d’obtenir la réponse ou le résultat sans procédure. Là où d’autres auront besoin de preuve, ils n’en ont nul besoin car ils sentent la vérité et elle leur apparaît avec une grande évidence. Cependant, ne se rendant pas compte que les autres n’ont pas accès à ses connaissances ou compréhension, ils vont ressentir beaucoup de frustration et d’incompréhension avec les autres. Donc, ils ne comprennent pas qu’ils ne sont pas compris. On leur renvoie : « mais qu’est-ce que tu racontes ? », « où est-ce que tu es allé chercher ça ? », « t’es un peu cinglé », « ça va pas bien dans ta tête »

Cette façon de penser va créer beaucoup de difficulté dans sa scolarité, car on va lui demander de séquencer sa pensée, ce qu’il ne saura pas faire. Ex : Albert Einstein avait le résultat, mais ses calculs étaient truffés d’erreurs !

Il ne comprend pas : 

Pourquoi il est seul ? Pourquoi il est sans cesse critiqué ? Pourquoi il est triste en permanence ? Pourquoi il se sent toujours coupable ? Pourquoi il ne voit pas les choses comme tout le monde ? Pourquoi il a besoin de s’isoler ? Pourquoi il a tout le temps le besoin de se justifier ? Pourquoi être heureux dans le malheur ambiant ?

Sensibilité :

Hypersensibilité, susceptibilité, il démarre au quart de tour. Est profondément blessé par un reproche, une remarque. Ce qui induit des yoyos émotionnels très importants. Ses réactions sont pour cette raison incomprises, car inattendues et violentes. Ils décodent un nombre d’indices étonnant chez les autres. Intensité émotionnelle importante.

Hyperesthésie : 

Ou exagération des 5 sens. Voient ce que les autres ne voient pas, sentent ce que les autres ne sentent pas, perçoivent ce que les autres ne perçoivent pas. Aussi peuvent être dérangés par un son inaudible, par une infime lumière…

Ce qui peut être source de conflit :

Excitabilité, hypersensibilité, clairvoyance, perfectionnisme. Ces 4 traits peuvent intervenir positivement comme négativement dans la vie d’un surdoué

Comment gère-t-il sa relation au monde ?

– Adhésion : ils se fondent dans le monde, et se créent un faux self pour s’adapter. Ils ignorent leur douance ou font comme si elle n’existait pas. Grande dépendance au regard de l’autre. 

– Évitement : ils s’isolent sur leur île déserte, dans leur tour d’ivoire. Résignés ils passent à côté de leur vie. 

– Compromis : sans se perdre dans le monde, ils s’adaptent, ils négocient. 

Ses faiblesses peuvent être des atouts, à condition qu’ils valident leur douance, qu’ils valident leur différence. Soit par un test, soit auprès de leur entourage.

La douance doit être reconnue et doit avoir un terrain d’expression.

Questions qu’ils doivent se poser :

Qu’est ce qui a un sens pour moi ? Qu’est ce qui me procure du plaisir ? Quelles sont mes forces ?

 >> Au sein de l’association AOM, des thérapeutes et patients, tous bénévoles, pourront vous éclairer sur cette particularité.