Réactions des parents face au mal-être d’un enfant

Lorsqu’un enfant souffre d’un mal-être, les parents peuvent réagir de différentes façons…souvent en cherchant des causes extérieures.

Le déni : ce n’est pas possible, il (ou elle) a tout pour être heureux(se), il (ou elle) ne réalise pas la chance qu’il (ou elle) a.

La colère : il (ou elle) n’est pas comme moi, je ne le (ou la) reconnais plus, il (ou elle) a peté un plomb, quelqu’un le (ou la) monte contre moi, le (ou la) manipule, il (ou elle) a décidé de me faire payer tel ou tel acte.

L’incompréhension : ça va peut être lui passer, pourquoi il (ou elle) nous fait ça maintenant ? A nous ses parents ? Pourtant on l’aime, on lui a tout donné et tout fait pour qu’il (ou elle) soit heureux(se), il (ou elle) est peut être malade, il va falloir qu’il (ou elle) se soigne.

La culpabilité : qu’est ce qu’on a bien pu faire pour mériter ça ? J’ai été un mauvais père ou une mauvaise mère, je n’ai pas pris le temps de…., j’ai négligé tel ou tel point, j’aurais du être plus attentif(ve), ou plus ferme, l’écouter, l’empêcher de sombrer, il (ou elle) est finalement comme moi ou tel membre de la famille qui a le même problème.

Comme pour un deuil, la phase ultime qui libère et permet de se projeter sereinement dans la vie, est l’acceptation.

Comprendre et Accepter que « notre progéniture » ne soit pas à notre image, qu’elle ait d’autres centres d’intérêt que les nôtres, ait un caractère qui la pousse à brûler ses ailes et flirter avec le danger, une sensibilité différente des autres, une difficulté d’adaptation qui l’handicape, qu’elle ait besoin d’aide, d’attention ou plus d’amour qu’un(e) autre…pour enfin trouver sa voie, sa raison d’être et sa place dans la vie.

Là peut alors commencer le chemin de l’amélioration – voire d’une certaine forme de guérison – car il n’y aura plus de résistance, de lutte, d’actes « contraires » à son véritable chemin.

Parfois, le conflit est tel que l’enfant aura besoin d’expérimenter des situations extrêmes, se mettre en danger, tester les limites et grandir selon ses propres choix.

Au sein d’AOM, des parents ont expérimenté ces différentes phases et pourront éclairer d’autres parents à mieux appréhender ces épreuves de la vie.