Nouvelles générations et troubles psychique

Les troubles psychiques sont un enjeu de santé publique.

Ils concernent une personne sur cinq, ils seront en 2020 la deuxième cause mondiale d’incapacité et sont encore terriblement stigmatisés.

Ils touchent aussi les people qui n’hésitent plus à en parler.

L’exemple des stars (du chanteur Sting en passant par la chanteuse Britney Spears jusqu’à l’actrice Catherine Zeta-Jones, …) permet de parler autrement de la santé mentale et surtout de manière moins anxiogène.

Avec les millennials – ces jeunes nés entre 1980 et 2000 – on assiste même à un vrai dégel des consciences.

Face au climat d’anxiété généralisé, à la solitude provoquée par l’ultra connexion, et à ce qu’on appelle « l’obsolescence psychologique » déclenchée par les objets technologiques, la génération Y a opté pour une sincérité décomplexée.

Une manière de ne pas garder pour soi un vécu qui fait mal.

Médiatiser les troubles psy des people aiderait donc à dédramatiser le débat.

C’est une manière de s’engager qui demande beaucoup de courage et de dignité.

Ce qui démontre que parler peut sauver…

(Sources : la journaliste Florence Tredez pour le magazine ELLE, les Dr Jean-Victor Blanc et Elie Hantouche, psychiatres).

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. BARETGE dit :

    Je pense, en effet, que l’hyperconnectivité est anxiogène. De plus, elle prend beaucoup de temps si l’on s’y laisse prendre ! Il faut donc vraiment que le bénéfice soit notable pour s’y adonner pleinement.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s