Bilan de nos accompagnements

Depuis août 2016 à ce jour, 9 personnes ont contacté notre association, grâce au bouche à oreille. 5 parents d’enfants rencontrant des troubles de l’humeur, 3 personnes ressentant un mal-être, 1 personne victime d’un burn-out.

1. Dominique, maman de Mathéo 17 ans, lycéen, avec qui les relations étaient tendues, a été la première personne à contacter notre association il y a un an (notre 1er accompagnement). Elle se sentait seule, isolée. Grâce à AOM, elle a été écoutée, comprise et accompagnée pendant près de 6 mois. Aujourd’hui, elle va mieux, elle a réussi à lâcher-prise, à lâcher la bride (comme elle dit) ; elle est moins en conflit avec son fils, même si celui-ci a encore des accès de violence envers elle. Elle nous confiait il y a peu : « Je garde espoir d’une évolution au long cours, qu’il se construise et trouve un équilibre de vie sans violence et dans l’apaisement »

2. Colin, 50 ans, ressentant des troubles de l’humeur, suivi par un psychiatre et sous traitement médicamenteux, a souhaité explorer de nouvelles pistes naturelles comme les Fleurs de Bach, la méditation et TIPI – une technique d’identification des peurs inconscientes – pour apprendre à maîtriser ses émotions. Il a décidé de sortir de son état dépressif en se mettant en mouvement, en marchant, en allant vers les autres, voire en suggérant des livres pour alimenter notre blog. Il nous confiait récemment : « Ça ne va pas trop mal. Pas de crise d’angoisse depuis 2 jours. Je viens de faire une balade au bord du canal ». 

3. Isabelle, 58 ans, ressentant elle aussi des troubles de l’humeur, a assisté à notre AG constitutive de janvier dernier. Son parcours est très encourageant car elle aide à son tour d’autres personnes qui souffrent et envisage une reconversion professionnelle plus proche des thérapies naturelles que de son métier actuel de commerciale. 

4. Laurence, maman de Carla, lycéenne, en souffrance, ayant des relations tendues avec sa fille, nous a contactés. Elles acceptent l’aide extérieure et des petits ajustements positifs s’opèrent. Elle nous confiait : « Ça va plutôt bien, Carla vient de me demander pour aller voir un psychologue. Je vous remercie de votre soutien ». 

5. Éric, 50 ans, chef d’entreprise, a fait un burn-out. Il est sorti de l’isolement en acceptant de nous parler de son mal-être et de rencontrer un de nos membres ayant vécu la même épreuve

6. Alex, père de Cassandra 24 ans, étudiante, ayant fait plusieurs séjours en hôpital psychiatrique, probablement motivé par un refus d’autorité, a des relations tendues avec sa fille. Il revoit actuellement sa manière d’être au sein de sa famille pour exprimer moins de colère et plus d’amour. Il nous livrait : « En ce qui concerne Cassandra, il y a une amélioration surtout au niveau de sa propre perception du désordre et des moyens à mettre en œuvre pour les atténuer. Espérons qu’elle pourra bientôt retrouver une vie d’une certaine normalité avec moins d’inquiétude et d’angoisse pour nous ». 

7. Jean-Francois, père de Johanna 28 ans, nous a confié son inquiétude qu’il gardait pour lui jusqu’à présent. Cette dernière, jeune médecin, a souffert de troubles de l’humeur intenses – probablement dus à des contradictions avec sa hiérarchie – amenant ses parents à la faire admettre en clinique spécialisée. Son père nous confiait, après l’avoir récupérée au bout de 3 longs mois de soins : « Merci de votre soutien. Dès qu’elle aura digéré ce retour à la vie, je lui parlerai d’AOM, en sachant qu’elle devra complètement adhérer à cette idée pour que ce soit bénéfique ». 

8. Béatrice, maman d’Emilie 12 ans, collégienne, souffrant de migraines puissantes depuis 7 mois, ayant abouti à des séjours en hôpital avec un traitement médicamenteux lourd, a contacté notre association. Des pistes naturelles sont expérimentées (hypnose, mélatonine notamment) qui apaisent ses souffrances. Les relations entre mère et fille sont difficiles mais s’ajustent petit à petit. Elle nous précisait qu’elle avait pris du recul pour laisser davantage son mari – compréhensif et patient – prendre le relais avec des résultats encourageants. 

9. Et enfin, Louise, 42 ans, enseignante, ressentant des troubles de l’humeur intenses, nous a récemment contacté, sur les conseils de son médecin. Nous l’accompagnons pour l’aider à mieux gérer ses variations d’humeur et son mal-être. Elle semble ouverte et prête à travailler sur elle. Dans un récent SMS, elle nous remerciait pour notre écoute. 

>> Les membres d’AOM seront ravis d’aider de nouvelles personnes à aller Mieux.

En précisant que toute personne intéressée par la dynamique de l’association sera reçue avec bienveillance. Les entretiens, échanges et éventuellement, le 1er accompagnement sera gratuit. Accéder ensuite à La Démarche que nous vous proposons.